Vous êtes ici

Populations pionnières, populations coloniales, populations métisses (XVIe-XXe siècles)

Share

Populations pionnières, populations coloniales, populations métisses (XVIe-XXe siècles)

Lyon, France, 25-26 novembre 2013

Comité de Démographie historique de l’UIESP et Centre Jacques Cartier

 

Date limite de soumission : 25 mars 2013

 

Les populations des différents continents, et plus particulièrement celles des continents africain et américain, telles que nous les connaissons aujourd'hui, sont le fruit de processus historiques complexes. Ainsi, à partir du XVIe siècle, les puissances européennes sont parties à la conquête des continents africain et américain. Les processus de colonisation qui s’en sont suivis ont été diversifiés, mais plusieurs ont entraîné la modification du peuplement ancien, et la naissance de nouvelles populations par immigration et parfois par métissage.

 

La constitution de ces nouvelles populations dépend notamment de l'importance de la population « indigène » déjà présente lors de l'arrivée des Européens, ainsi que des relations que ces populations ont entretenues entre elles. Tantôt les populations « indigènes », assez importantes quantitativement, ont vécu à côté des colons européens, mais sans que les mélanges entre ces populations soient importants. Mais même lorsque les mariages et les relations sexuelles entre individus de « races » différentes étaient prohibés, des métissages se sont produits. Tel a été le cas par exemple en Algérie ou en Afrique du Sud. Tantôt les mariages entre « indigènes » et les colons, ou leurs descendants, ont été plus fréquents, donnant naissance à des populations métissées. Tel a été le cas au Brésil, au Mexique et dans une certaine mesure en Angola. Dans le cas de certains pays, dont le Brésil, les esclaves originaires d'Afrique, ou leurs descendants, ont participé à ce processus de métissage. Tantôt les populations « indigènes » ont vu leur effectif, parfois déjà faible, grandement diminuer et laisser la place à des populations pionnières. Tel a par exemple été le cas en Amérique du Nord. Dans ce cas, il est également intéressant d'observer la manière dont les colons européens, d'origines diverses, se sont métissés entre eux (Nouvelle-Orléans, Canada, mais également Algérie). En outre, à côté des colons européens majoritaires, des migrants provenant d'autres horizons se sont ajoutés, rendant plus complexes les relations entre populations. On pense notamment à la présence d'Indiens en Afrique du Sud ou à la Réunion, à celle de Japonais au Pérou ou à celle de Syriens et de Libanais au Brésil.

 

L'objectif de ce colloque est de faire un état de nos connaissances quant à la naissance et au développement de ces nouvelles populations et quant au processus de mélange entre les groupes humains. Une première journée pourrait être consacrée à des approches globales: volume de l'immigration, occupation de l'espace, structures sociales, catégorisation des populations, pérennité de ces nouvelles populations. Au cours de la seconde journée,  le focus pourrait être mis sur une approche plus fine,  notamment par l'étude des actes de mariage, afin de préciser le degré de métissage légal des populations. Les comportements démographiques (reproduction différentielle, mobilité …) pourront également être abordés.

 

Comité scientifique :

Alain Bideau, CNRS

Guy Brunet, Université de Lyon 2

Alain Gagnon, Université de Montréal

Raquel Gil Montero, University of Tucuman / Panel de Démographie historique de l’UIESP

Kamel Kateb, Institut National d’Etudes Démographiques, Paris

Michel Oris, Université de Genève / Panel de Démographie historique de l’UIESP

François-Joseph Ruggiu, Université de Paris IV

 

Informations pratiques : 

Le colloque se tiendra à Lyon les 25 et 26 novembre 2013, avec 15 participants.

Il s’inscrira dans le cadre des 26e Entretiens Jacques Cartier.

Nous invitons les propositions de communication jusqu’au 25 Mars. Un résumé d’une demi-page avec un titre doit être adressé à Guy.Brunet@univ-lyon2.fr

Les résumés peuvent être rédigés en français ou en anglais. Les présentations et les discussions auront lieu en français ou en anglais. Il n’y aura pas de traduction simultanée des débats et des présentations.  

Les soumissions doivent être effectuées par l'auteur qui compte assister au séminaire. Veuillez indiquer, le cas échéant, les noms et institutions des co-auteurs à la fin du résumé court.

Le comité scientifique procédera immédiatement à la sélection et donnera une réponse d’ici au 31 mars.

Le Centre Jacques Cartier prendra généreusement en charge les frais de voyage et de séjour pour un auteur par papier sélectionné.

 

Soumettre un résumé d’une demi-page avec un titre à : Guy.Brunet@univ-lyon2.fr


 

 
Français
Donate